Les Elle's Angel

Notre forum rien qu'à nous !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Historiettes de la Nouchette <33

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Les Historiettes de la Nouchette <33   Ven 9 Mai - 22:19

Ben voilà, z'êtes pas obligées de tout lire hein (^-^'), mais j'avais envie de vous faire partager ça... Evidemment ce n'est qu'un aperçu, et puis j'écris pas toujours comme ça!! Là c'était plus histoire de délirer, huhu!!





"Résolutions pour devenir une Baba Cool

I. Résolutions physiques

a: Beaucoup de couleurs, si possible des qui flashent, le noir est autorisé mais seulement avec des couleurs vives.
Elle rectifie:

Résolutions pour devenir une vraie Baba Cool

Voilà, c'est mieux.
b: Ne pas hésiter à faire du superposage, c'est la clé.
Elle s'appelle Juliette.
c: Interdiction de porter des mini-jupes!
Elle a treize ans.
c: Interdiction de porter des mini-jupes, sauf par-dessus une autre jupe ou un pantalon.
Elle a décidé de devenir une Baba Cool.
c: Interdiction de porter des mini-jupes, sauf par-dessus une autre jupe ou un pantalon. Jamais montrer ses jambes.
Pardon. Une VRAIE Baba Cool. Et pas n’importe laquelle. La plus grande, la plus belle, la plus élégante, la plus destroy, la plus originale, elle y mettra le prix qu'il faut mais elle y arrivera. Na. Pour qui, ça c'est facile à deviner. Pour Luca. Sa première petite copine, c'était elle d'accord mais ça compte pas, c'était en primaire et il ne l'aimait pas, il ne l'a jamais aimée et ne l'aimera jamais. Juliette a treize ans. Et elle ne supporte pas de le voir avec Emma, sa VRAIE première petite copine pour le compte. Elle a le même âge qu'elle, et pourtant Luca lui répète sans cesse qu’elle n'est qu'une gamine. Pas juste. Belle, avec des super dreads, de super fringues, pourtant il y a mieux comme fille, bien mieux, autant sur le plan physique que sur tous les autres plans, mais Juliette est jalouse. Si Luca l'a choisie, elle, Emma, c'est qu'elle a quelque chose de plus qu'elle. Et ça la rend malade de ne pas être parfaite et de ne pas le mériter.

d: Penser à acheter de grosses chaussures (qu'elle trouve moches mais c'est comme ça) et des lacets fluos, ah oui et une écharpe noire et blanche comme Emma.
e: Au niveau des dreads...
Juliette hésite. D'un côté, elle va se faire tuer par ses parents si elle s'en fait. D'un autre côté, c'est absolument indispensable... Et puis, elle sera la seule de sa classe à en porter! Oui mais si elle se les fait elle-même elle va les louper c'est sûr, et elle ne voit vraiment pas qui... Bah, elle va chez sa meilleure amie ce week-end, elles feront atelier coiffure...
e: Au niveau des dreads voir avec Aurélie.
f: Plus de lunettes!
Elle verra flou mais tant-pis. Elle recopiera sur Cynthia, parce qu'à tous les coups au troisième rang elle ne va rien voir au tableau.

II. Résolutions comportementales

a: ...
Juliette bloque. Elle est vraiment en train de réaliser tout ce à quoi elle va devoir renoncer: ses copines (eh oui, évidemment, elle va se faire jeter c'est sûr), son déhanchement qualifié de superbement sensuel par tout le monde (eh oui, quand on est Bab', il faut être naturelle!), tous ses côtés pétasse (en grand nombre), l'utilisation de son shampoing préféré, à la noix de coco (eh oui, dreads obligent, sa mère va la tuer), son petit haut préféré (au top de la mode), l'admiration de Régis, qui trouve qu'elle a un beau cul (maintenant elle va devoir enfiler des tonnes de jupes les unes sur les autres pour faire une Bab' potable, oh et puis ce serait vraiment bête de ne plus entendre Régis dire "Jamais vu des fesses comme ça"!), l'occasion de faire des grimaces à son miroir (parce que maintenant elle va être belle, eh oui, plus aucune raison de se plaindre!), et puis elle va devoir se mettre au chant, à la peinture, à la danse, au théâtre (eh oui, si elle veut être parfaite!), s'engueuler avec sa mère (eh oui, une Bab' ça devient végétarienne, et comment persuader sa seule et unique mère de ne plus cuisiner son sempiternel poulet le dimanche??), devenir végétarienne, donc ("Et les croque-monsieur? et les quiches aux lardons? et les tomates farcies? mon Dieu, et je vais devoir manger des lentiiiiiiiilles!"), sortir (pas tout de suite hein, plus tard!) avec un grand dreadeux fumeur de shit, fan de Bob Marley, joueur de guitare et gorille (poil au menton, poil aux pattes), changer de style de musique ("Aïe! plus droit à Diam's? plus du tout?"), et elle est sûre qu'elle doit oublier des choses, dans le lot.
Et tout ça pour quoi? Pour correspondre à l'image qu'elle veut d'elle-même pour être digne de Luca. Juliette retourne la feuille et écrit en grand:

Etre Soi!

Et elle tire joyeusement la langue à Régis, qui la regarde de derrière la vitre du train. Elle l'a accompagné aujourd'hui jusqu'à la gare, ça avait l'air de lui faire tellement plaisir à Régis. Et puis, il était monté dans le train, et elle s'était assise par terre et s'était sentie affreusement seule. Alors elle avait pensé à Luca. Elle avait voulu se faire croire qu'elle était capable d'être une autre, au détriment d'elle-même.
Régis lui tire la langue en retour. Le train s'ébranle. Ils se reverront lundi matin. Juliette va rentrer chez elle à pieds, elle n'a plus de quoi s'acheter un ticket de tram: elle a offert un paquet de gâteaux à Régis pour le voyage.

Juliette sourit. Elle aime bien Régis.
"


Hey les filles, je viens juste de tilter qu'elle s'appelle Juliette!! Dans ce cas, je te le dédie ma Jue!! (c'est dingue ça, je l'ai écrit il y a plus d'un aaaaan!!! !!)Ah les joies du hasard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 12:38

Whaa c'est super bien écrit =D et c'est vraiment profond ^^!
mercii pour la dédicace ma belle

tu as écrit d'autres nouvelles comme celle la?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 13:21

Tu trouves ça profond??? Bah merci!!!!!! (Mon style a quand même beaucoup évolué depuis... ><')
Contente que ça t'ai pluuu!!!

Bien sûr que j'en ai d'autres dans ce style-là!!

Allez zou!! (j'en ai des millions d'autres, mais je vais y aller doucement... )


"On l’appelle Mirabelle, elle adore le chocolat, et elle fait l’amour tous les mardis midis avec son prof de français. Bien sûr, c’est secret. Ça fait plus de six mois que ça dure, depuis le début de l’année scolaire. Ç’a été le coup de foudre, comme un éclair (au chocolat), le jour de cette fameuse rentrée. Bien sûr, c’est secret.
En fait, elle a eu du mal à le convaincre, après le premier mardi midi, que ce qu’ils faisaient n’était pas mal. Que c’était la loi de la vie que de s’aimer. Et puis de toute façon, elle est en terminale, elle a dix-neuf ans, elle est majeure, à la fin de l’année elle aura son bac (elle espère bien ne pas le rater une seconde fois), et il y a un nombre incalculable de profs de français qui trompent leur femme. D’accord, pas tous avec leurs élèves, mais il ne s’agit pas d’un détournement de mineure puisqu’elle a eu dix-huit ans avant de le rencontrer, et que c’est elle qui a déclenché les choses, au deuxième cours de français seulement, le mardi matin. A la fin du cours.
Bien sûr, c’est secret. Si ça se sait, il sera peut-être renvoyé, et elle avec. Peu importe, personne ne sait et personne ne doit savoir, parce que l’amour c’est secret et privé, intime, ça ne regarde qu’eux. Qu’elle, en fait.
Monsieur Lenonceau a cinquante et un ans, il vit les week end avec sa femme et son plus jeune fils dans une maison en banlieue, et il passe la semaine dans un appartement à quelques mètres du lycée. Mirabelle déteste l’appeler par son prénom. C’est bon pour sa femme, se dit-elle, de lancer des "François-Michel, tu pourrais penser à ramener du PQ ?", et des "Bonne semaine, François-Michel, à vendredi !".
En réalité, elle est jalouse. Si elle le pouvait elle habiterait dans son appartement, rien que pour le plaisir de lui préparer à manger le midi et de se coucher dans le même lit que lui le soir. Les mardis midis ne lui ont vite plus suffi, elle avait soif de relations libres et de grandes aventures humaines, elle était jeune en fait. Quand monsieur Lenonceau murmure des mots pour apaiser sa fougueuse partenaire, il le fait toujours sans sourire et presque sans la regarder. Quand la tigresse s’affole en utilisant dents et griffes, il la calme. Elle se demande parfois s’il n’aurait pas davantage besoin d’un chien. Elle se demande parfois combien de temps ça va durer. Pendant combien de temps encore elle va passer des heures devant son miroir à se parfumer et à choisir des dessous qu’il ne regardera même pas tous les mardis matins, combien de temps encore elle va courir pour arriver à l’heure au cours de l’après-midi, combien de temps elle va réussir à supporter l’indifférence de son amant, combien de temps elle va fumer.
C’est lui qui l’a poussée à fumer. Il est tellement beau quand il fume. La clope, c’est sa religion, la fumée, sa prière, et Mirabelle est comme l’amante du prêtre qui sait que tant qu’elle ne sera pas Dieu, il ne l’aimera pas autant que Lui. Elle est l’amante du fumeur, et elle sait que tant qu’elle n’aura pas une tête marron-orange, un corps long et blanc et du tabac en guise de remplissage, il ne l’aimera pas autant qu’Elle, sa clope. Elle, sa femme. Mirabelle est le chien. Alors elle s’y est mise. Histoire de l’accompagner. Histoire de se rappeler qu’elle l’aime. Enfin elle croit. Enfin elle n’en est plus si sûre. Le vrai problème est qu’elle a oublié comment on fait pour aimer. Elle sait maintenant déplier un préservatif dans le noir, dégrafer son soutien-gorge d’une seule main, se retenir quand elle a envie de vomir et fermer les yeux quand il appelle sa femme juste après qu’ils l’aient fait. Mais aimer ? Monsieur Lenonceau lui a fait tout oublier.
Furieuse, elle avale sa religieuse au chocolat en entier, jette un regard haineux en direction du train qui va la ramener de force chez elle pour le week end et dans lequel elle va squatter le wagon fumeur et suffoquer tout le trajet, se recroqueville cinq minutes sur sa chaise en fer (très inconfortable d’ailleurs, mais les bancs sont tous occupés), les yeux enfoncés dans les genoux, et relève la tête avec défi.
Qu’à cela ne tienne ! Elle va faire exprès de rater son bac une nouvelle fois et l’année prochaine, elle choisira un prof de Maths."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 15:49

Citation :
Tu trouves ça profond??? Bah merci!!!!!! (Mon style a quand même beaucoup évolué depuis... ><')
Contente que ça t'ai pluuu!!!

Bien sûr que j'en ai d'autres dans ce style-là!!

je veux dire que l'histoire est simple, mais que la réfléxion que la fille qui as seulement 13 ans arrive a faire est plutot 'profonde' dans le sens réfléchie...
en tout cas c'est super sympa! je lirais les autres plus tard car j'ai pas le temps là *doit bossé*

merci Nouche, alias la fille couteau suisse aux milles talents
continue comme ca! (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 16:00

*JuE* a écrit:
merci Nouche, alias la fille couteau suisse aux milles talents
continue comme ca! (L)

Je te ...........................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psyloune
La sombre déesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 535
Age : 27
Localisation : Lyon
Emploi/loisirs : Jvous coeur
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 21:03

Ah ma Nouche comem dirait Jue tu as vraiment tout les talents !!!
Je susi triste que se ne soit que des nouvelles car elles sont tellement bien, tellement envoutantes simples mais accrochantes qu'on a envie de savoir la suite !
La suite ! La suite ! La suite !
Et j'adooore vraiment la première elle est vraiment drôle je trouve ^_^

Nouche, t'es la meilleure !!!!!!!!!!!

_________________
Je vous coeur mes chérinettes <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juyolu.meilleurforum.com
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 10 Mai - 21:55

Chnif chnif, merchi mes z'ailes...

Et non Psyloune, pas de suite, mais d'autres nouvelles si tu veux!!!

===>>>




"Marie".
Bon, ça commence mal, elle a horreur qu’on l’appelle par son prénom. Elle serre les dents pour ce qui va suivre. C’est vrai qu’elle a un peu peur, quand-même. Et si c’était autre chose que ce à quoi elle pense ? Non, impossible, aujourd’hui, aucun ado n’écrirait de lettre à sa voisine de classe pour autre chose que lui déclarer sa flamme…
"Tu es la plus jolie fille que je connaisse."
Aïe. Menteur. Charlotte est plus jolie qu’elle. Ainsi que Mélissa, Nadine, Chloé, sans oublier Muriel. Menteur. Elle peut pas aimer quelqu’un qui ment. C’est dommage. Menteur.
"Depuis le premier jour où je t’ai vue, plongée dans la contemplation de la prof de dessin, j’ai su que je t’aimais."
Quoi ? C’est quoi cette histoire de prof de dessin ? Elle, "plongée dans la contemplation de la prof de dessin" ? N’importe quoi. Madame Valmer a vingt-huit ans, un bébé appelé Théo mignon comme tout, des cheveux blonds, et elle dessine comme Picasso : c’est pas beau et la plupart du temps ça ressemble à rien, mais ça fait réfléchir. Marie est amoureuse de la prof de dessin.
"Depuis, quand je te vois gommer tes esquisses quand elle te dit que ça pourrait être mieux, tailler ton fusain à sa manière, passer de longues minutes à faire le plan dans ta tête de ce que tu vas dessiner, comme elle, lever le doigt des heures pour qu’elle vienne seulement te dire si tes couleurs sont bonnes, à chaque fois que ton regard se perd, et quand tu souris surtout, parfois, j’ai envie de fermer les yeux et de tout oublier".
Ciel, un poète ! Comment ça elle fait tout comme madame Valmer ? Madame Valmer est parfaite, c’est normal que ses élèves la copient ! Marie voudrait à la fois être la fille, l’amie, et le mari de madame Valmer. Pouvoir caresser sa peau et compter ses tâches de rousseur dans le lit chaque matin, parler avec elle de shopping en mangeant des crêpes, et l’appeler Maman autant qu’elle veut. Bon. Qu’est-ce qu’il a ce con à parler d’elle comme ça, il flashe dessus aussi ou quoi ?
"C’est assez difficile pour moi de t’écrire ça, parce que je suis très timide."
Elle s’en fout. Elle aussi…
"Je ne suis pas riche, mais maintenant ma mère me donne deux euros par semaine, alors je pourrai t’acheter des bonbons si tu veux."
Nan elle veut pas. Ça fait grossir. Ça donne des caries. Sa mère la tuera si elle se met à aimer les bonbons. Il trouve qu’elle est encore pas assez grosse comme ça peut-être ? Déjà qu’elle rentre plus dans son jean noir… C’est vrai c’est vexant, c’était juste après Pâques… Elle a le droit d’aimer le chocolat, non ?
"J’aime beaucoup la façon dont tu t’habilles, ainsi que tes cheveux quand il y a du vent."
C’est vrai que quand y’a pas de vent, ça fait un peu crinière de lion après la pluie. Bon. D’accord, c’est gentil. Et poétique. C’est vrai qu’il est mignon quand il veut.
"Peut-être qu’un jour tu voudras bien sortir avec moi ? Je t’emmènerai au cinéma, et on s’embrassera pendant le film… Enfin, si tu es d’accord, bien sûr."
Arrête de rêver mon gars. T’es pas dans un conte de fées, là. La vie ça marche pas comme ça. Enfin… Peut-être que si après tout ? Pourquoi pas ?
"Tu fais quoi samedi ? Jules."
Chic ! Quelle formidable invention, le cinéma !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Dim 11 Mai - 23:00

putain ton deuxiéme texte est parfait! j'adore
le dernier est super aussi( quoi que un peu décousu vers la fin je trouve ^__^)!
tu est vraiment géniale comme fille c'est dingue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Lun 12 Mai - 11:53

^^
Merci Jue, moi aussi j'adooore la deuxième!!

===>>> Celui dont je te parlais, sur Gothik'man!!


Lex est amoureuse de Gothik’man. Ça fait bientôt un an que tous les soirs, en attendant le train de dix-huit heures trois, elle s’assoit à côté de lui sur ce banc. Ce satané banc qui la retient prisonnière, parce qu’elle aimerait bien aller s’asseoir ailleurs, pas photo, ailleurs où elle pourrait tomber amoureuse de quelqu’un d’autre, quelqu’un qu’elle oserait aborder en fait, elle ne comprend pas d’ailleurs, d’habitude elle n’a aucun mal à engager la conversation avec les mecs qui la branchent. Mais non. Prisonnière. Même les soirs où il n’est pas là, elle passe son temps à l’attendre sur ce foutu banc. Ça fait un an que ça dure.
Gothik’man est le plus beau garçon qu’elle ait jamais rencontré. De longs cheveux très bruns, sur lesquels elle fantasme, qu’elle aimerait toucher et caresser, des cheveux doux fins et bien coiffés, qui lui arrivent en bas du dos. Des yeux cachés par des lunettes noires la plupart du temps (comment il voit quand y’a pas de soleil ? ), mais elle les a aperçus, une fois. Ils sont noirs d’orage. Si si, un orage c’est noir, elle en est convaincue, allez pas la chercher là-dessus c’est un conseil. Des joues très minces et d’une pâleur de mort, des sourcils épais et durs, qui lui font une expression sévère, mais une bouche rose, ronde et pulpeuse, d’accord c’est déséquilibré, n’empêche, il est beau. Une petite barbe… Vous voyez Zorro, Will et Jack dans Pirates des Caraïbes, tout ça ? Et ben voilà. Grand, très grand, quand elle le voit arriver de loin elle voit bien qu’il domine tout. Assis, ça se voit moins. Et pas épais avec ça, les membres noueux, même quand il fait chaud il est attifé comme en hiver (en noir), de façon à ce qu’on ne voie de lui que son visage, et encore, quand il ne le cache pas derrière ses cheveux, elle ne voit rien de son corps, donc, mais elle devine quand-même quelques muscles agréables au toucher. Une veste en cuir noir qui laisse parfois s’échapper ses poignets par inadvertance, blancs, avec des veines énormes et violettes, et une fine toison noire dessus qu’elle adore, un sac à dos noir, des chaussures noires à talons épais (ok, ok, c’est pour ça qu’il est grand…), des écouteurs dans les oreilles, peut-être un beau sourire elle en sait rien il sourit pas, des bagues argentées très belles, dont une à tête de dragon. Seule exception, les doigts, un peu courts et un peu boudinés, mais personne n’est parfait. Elle adore quand il passe sa main dans ses cheveux. Sensuel. Lex a envie de le toucher tout le temps.
Gothik’man s’appelle Xavier. S’il n’a pas de surnom, ça va avec le fait qu’il n’a pas d’amis. Son père est éboueur et sa mère fait des ménages la nuit, il a une petite sœur anorexique qu’il adore. Sa vie n’est pas facile. C’était déjà assez compliqué comme ça avant que l’amour ne s’en mêle. Depuis qu’il a rencontré Lex il y a à peu près un an, depuis qu’il devine ses regards sur lui, depuis qu’il sent qu’il lui plait, il s’est mis à la regarder à la dérobée et à se rendre compte qu’il se passait quelque chose entre eux. Lex a des marguerites dans les cheveux, des lacets fluos à ses baskets et un poncho péruvien de la même couleur que ses longues chaussettes rayées. Une fille pas banale comme il en a toujours rêvé, aux formes pleines et au regard de velours, quand elle sourit c’est un arc-en-ciel. Il la sent tressaillir à chaque fois qu’il bouge, il sait qu’elle se mord la langue quand il rejette ses cheveux en arrière. Du coup, il en fait exprès, il le fait tout le temps. Toutes ces sensations inédites, mêlées de désir et de tendresse, il les sent passer dans le bois du banc de l’un à l’autre. Il sait que s’il la regarde dans les yeux il va se jeter sur elle. Et il sait qu’il doit le faire aujourd’hui.
Parce qu’aujourd’hui il a dix-neuf ans et toujours pas de petite copine, parce qu’il en a marre de se dire "j’aurais dû" chaque fois qu’il la voit monter dans le train comme à regret, parce qu’aujourd’hui il sait que dans une semaine c’est les vacances et qu’après il ira à l’université et ne prendra plus le train. Il a décidé de se prendre en main, et de laisser sa fierté, sa peur et sa timidité de côté, parce qu’à bien y réfléchir il ne risque pas grand-chose.
Il a stressé toute la journée, en passant son temps à inventer des formules de présentation et des "Salut, Poulette". Et puis soudain tout s’efface : il la voit. Il devient tout vide, pour un peu il en dégoulinerait par terre. Elle est assise à la place qu’il prend d’habitude. Lex l’attend. Elle ne sait pas pourquoi elle s’en rend compte seulement maintenant, mais il lui apparaît nettement que si elle veut que quelque chose se passe dans sa vie elle doit provoquer le destin. Et puis si elle se ramasse, tant pis. Ça va gâcher ses vacances, mais tant pis. Curieusement, elle le sent déterminé lui aussi, quand en se plantant devant elle, pour la première fois, il lui sourit. Il n’a pas ses écouteurs, et il sourit. Magique.
Lex sent un frisson se diffuser par les pieds de Xavier, passer sous le goudron entre eux et remonter dans ses propres jambes pour venir se perdre quelque part dans son cerveau, derrière les cheveux de Gothik’man. Au bout de quelques secondes, finalement, c’est lui qui se décide :
-D’habitude c’est ma place !
Lex entend sa voix pour la première fois, une voix de fausset un peu rauque, une voix douce, il parle comme on s’étrangle. C’est pour ça que la plupart du temps, il évite de parler. Ils se regardent toujours. Maintenant qu’ils sont branchés l’un sur l’autre, rien ne peut plus les décrocher, pas même le train de Lex s’il arrivait. Elle passerait la nuit là à le regarder si elle le pouvait. Xavier pense : "Pourquoi elle ne parle pas ?". Alors Lex parle :
-J’avais envie que tu me parles. Merci.
Xavier regarde ses chaussures :
-Oui mais voilà, on n’est pas plus avancés maintenant…
Alors Lex prend une marguerite dans ses cheveux, se lève, et la pique avec délicatesse dans les cheveux de Xavier en disant :
-T’en as pas marre d’être tout en noir ?
Et alors elle lui enlève ses lunettes et plonge dans son regard comme dans une vieille malle de grenier, en tous cas quelque chose qui n’a pas été ouvert depuis bien longtemps, et dit en rigolant :
-C’est bien ce que je pensais, il fait sombre à l’intérieur…
Alors Xavier fait de même avec ses yeux à elle, et ils font l’amour comme ça, pendant un quart d’heure sur un quai de gare, avec les yeux. Le train de Lex est passé. Et enfin, n’y tenant plus, elle l’embrasse. Tout doucement d’abord, puis de plus en plus fort, de plus en plus vite, avec la langue, avec les cheveux, avec les mains, les bras, la taille, le cou. Et lui il chancelle, il est complètement dévoré par cette fille pas banale qui avait encore plus faim qu’il ne l’avait imaginé. Elle le lâche enfin une demi-seconde, avant de se perdre dans le tourbillon sombre de ses cheveux, le temps de lui dire seulement :
-Ah ! Je savais bien qu’il y avait de la lumière quelque part !
Et Xavier se jure alors de ne plus jamais porter de lunettes noires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Lun 12 Mai - 18:39

whaaaaa celle ci est géniale aussiiiiiiiiii!!!!!!!!
putain je suis fan de toi ma nouche!! <3

*une autreeeee*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Lun 12 Mai - 19:08

Si tu savais comme ça me fait plaisir, Juuuuuuuuuue!!!!

Citation :
*une autreeeee*

Mais volontiers!!!


Alain fume. Crachotements, crapotements, clignements des yeux, il vient seule- ment de commencer. Il est sûr que ça va le rendre plus fort. En tous cas il l’espère. En fait, il n’y croit pas. C’est Pierre. Tout est de sa faute. Pierre est le meilleur ami d’Alain depuis le collège. Ils ont presque tout fait ensemble, mais Pierre a toujours été le "meneur". Alain était trop timide pour ça. C’est Pierre qui lui a présenté sa soi-disant "future première aventure", laquelle s’est barrée dès qu’elle a vu le spécimen, croyant que ce copain dont Pierre vantait tant les mérites était à l’image dudit Pierre : baraqué, bronzé, entreprenant, bon danseur, dragueur, incroyablement con (eh oui, ça plait !). Alain est tout le contraire. C’est pour ça qu’ils sont complémentaires. Pierre apporte à Alain un rêve de courage et de dureté, Alain apporte à Pierre le romantisme d’un rêveur timide, dont Pierre, le surfeur typique, est complètement dénué. Pour Pierre, ça roule, surtout avec les filles (quand il sort des mots qu’Alain lui a appris, elles adorent, c’est moyenâgeux et pourtant très équivoque), mais pour Alain, loin de lui remonter le moral, le fait que Pierre ramène une fille différente tous les soirs pendant que lui rêve à La Belle Au Bois Dormant lui démonte le cœur.
-Mais fume mon vieux, ça fera de toi un homme !
Alain ne se doutait pas que Pierre, à cours d’arguments et un peu saoul, avait lancé ça pour rire…Depuis une semaine, Alain essayait, en attendant le train de seize heures trente-trois, sa veste de costard pliée sur les genoux. Il faisait ce qu’il pouvait pourtant. Impossible. Ça lui filait la nausée, ça le faisait trembler de partout, même pleurer quelquefois. Il n’y arrivait pas. Pourtant, il y a plein de gens qui commencent à vingt-sept ans et qui réussissent à ne jamais s’arrêter, se répétait-il pour se comparer à eux, se donner du courage (ou pour se descendre, allez savoir). Et aujourd’hui plus que d’habitude. Parce qu’aujourd’hui, sur sa droite, sur le même banc que lui, il y avait La Belle Au Bois Dormant. Une très belle jeune-femme dans les vingt ans, en jupe noire et manteau de pluie, qui dormait. Un très joli brin de fille, avec tout là où il faut, des cheveux longs remontés en une simple queue de cheval non dénuée d’allure, des paupières closes soulignées d’un peu de noir, des chaussures à petits talons et une jeunesse à fleur de peau sur ses traits endormis, un manteau de pluie (eh oui, kway, ciré ou même parka, c’est moins élégant) qu’elle serrait contre elle.
Alain la regardait dormir avec tendresse, jusqu’à ce qu’elle se réveille et qu’il se rende compte de son ridicule. Il n’était qu’un idiot, réalisa-t-il, de croire qu’une chose aussi primitive, dérisoire et futile que la cigarette allait subitement transformer son existence, alors qu’il y avait tant de désillusions à vaincre et de belles à conquérir ! Il chassa aussitôt ses préjugés, sa peur et ses doutes, et se tourna vers elle. Elle regardait. Tout en elle n’était plus que regard. Alain se demanda comment une femme qui est aussi belle quand elle regarde peut être tellement splendide à contempler quand elle ferme les yeux.
Elle regardait le couple assis en face d’eux. Ils se serraient l’un contre l’autre en souriant et s’embrassaient avec passion. Lui avait une peau très blanche, presque nacrée, des yeux très écartés, et des cheveux très blonds. Alain ne s’attarda pas à détailler sa compagne, persuadé que sa Belle Au Bois Dormant devait être en fait attirée par le grand blond. Ou alors, si elle les regardait avec tant d’insistance, peut-être était-ce parce qu’elle éprouvait de la nostalgie à la vue de ce baiser, peut-être même un brin de jalousie ? Si réellement c’était le cas, il avait du romantisme à revendre, et des rêves d’éternité plein sa braguette , euh pardon, plein ses poches ! Il allait le lui faire vivre, son rêve d’amour et de volupté ! Sa Belle ne décrochait pas son regard du banc en face d’eux, ne prêtant aucune attention à lui. Qu’importe ! Si les situations merveilleuses ne venaient pas à lui, c’est lui qui irait à elles ! Il s’adressa fébrilement à la Belle :
-C’est beau, n’est-ce pas ? Cela nous fait regretter de ne pas être capable de donner davantage d’amour pour vivre ces choses, vous ne trouvez pas ?
Elle se tourna vers lui et lui sourit gentiment, mais retourna très vite à son Prince Blond. Peu importe ! Le tout était d’engager la conversation.
-C’est injuste de voir quelqu’un d’aussi charismatique épris d’une femme moins belle que soi, n’est-ce pas ?
Alain était très satisfait de sa tirade : il lui faisait du même coup un compliment. Elle tiqua, et répondit sans le regarder :
-Il est effectivement… euh… charismatique comme vous dîtes, mais je regrette, lui ne m’attire pas du tout.
Alain renchérit aussitôt, espérant presque un "C’est vous" :
-Qui vous attire alors ?
Elle le regarda dans les yeux pour répondre, après quelques instants et avec une certaine amertume et un léger désolement dans la voix :
-C’est elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Mer 14 Mai - 17:42

Ho c'est chou =)
je m'attendais pas vraiment a cette fin,mais justement j'adoore !
c'est dans un registre différent des précédentes, plus mature et un peu mélancolique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Mer 14 Mai - 22:35

Merci ma Jupette...
Je te crèèè fort, ça me fait un bien fou vos compliments les filles... !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Jeu 15 Mai - 11:11

mais de rien
merci a toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Jeu 15 Mai - 16:13

^^''
H
i
y
a
a
a
a
a
a
a
a
a
a
h
h
h
!
!
!


--------------------------------------------------------------------------------------------------------->>

Le silence cigarette



Quand il fume, Manu ne parle pas. Il contemple, il savoure ce poison sous la forme de fumée qu’il prend tant de plaisir à absorber. Manu dit qu’il fume parce qu’il a peur de mourir trop vite, sans s’être dit qu’il aurait goûté à tout. Et aussi parce qu’il aime avoir l’impression de mourir tout doucement. Il sait que la cigarette le fait mourir.

Goûté à tout. Pour ça aussi qu’il ne fume pas que du tabac. Il a les idées tordues Manu, ça ne date pas d’aujourd’hui. En tous cas, quand il fume, il se tait. Comme un code entre nous. S’il a quelque chose à me dire, il allume d’abord une cigarette. Sans jamais m’en proposer, il sait trop bien que je ne m’en remettrais pas.

Se rapprocher de la mort. Vraiment tordu Manu. Moi, c’est justement pour rester en vie le plus longtemps possible que je n’y touche pas.

Mais bon. Tout le monde n’a pas les mêmes prétextes pour se pousser à continuer de vivre. Parce que, même pour le caractère bien trempé de Manu, ça ne doit pas être facile tous les jours.

Jamais Manu n’interrompra une cigarette en cours. Il la finira tranquillement avant de la jeter par terre, cela va de soi c’est dégueulasse, et de prononcer son jugement. Et une phrase de Manu après une cigarette, c’est un collector. On a à chaque fois l’impression qu’il n’a jamais autant réfléchi de sa vie pour vous sortir un truc pareil.

Pendant sa cigarette, Manu écoute. Quand c’est moi qui ai quelque chose à lui dire. Pour ne pas m’interrompre, il fume. C’est ce soir-là que j’en ai profité pour tout lui balancer. Je n’avais jamais profité de cette règle pour être sure d’avoir minimum dix minutes (eh oui, monsieur savoure !) pour lui parler sans qu’il ne me réponde. Je me contentais en général de lui résumer ce qui me trottait dans la tête, et de rajouter des choses au fur et à mesure des volutes de fumées qui s’envolaient, que je regardais parce que ça m’aidait à réfléchir.

Mais ce soir-là, je lui ai tout déballé.

TOUT.

Tout ce que je pensais de lui, de ses potes, de sa façon de vivre, de tout ce qu’il était, de sa manière d’exister qu’il avait dû piquer à un fêtard de première, de sa vision fausse de la vie comme d’une grande roue de la fortune, de sa vie qui était la sienne et que pourtant je voyais comme faisant un peu partie de la mienne, de la couleur de son tee-shirt (pas lavé depuis trois semaines), et enfin, de ses foutues cigarettes.

Jamais aucune ne m’a semblée aussi longue.

Quand j’ai eu fini, il a eu un long regard pour le ciel, comme s’il se demandait pour la première fois ce qu’il faisait là, à écouter cette fille qui lui en voulait de vivre.

J’ai baissé la tête, honteuse d’y être allée trop fort. Après tout, je n’étais que la petite sœur.

Je ne savais pas trop quoi faire, hésitant entre fuir et assumer, attendant avec anxiété la phrase qui allait venir.

Dernière bouffée. Je n’aurais pas dû.

Manu ferme les yeux. J’y suis allée trop fort.

Petit mégot, tout jauni, tout chiffonné. La prochaine fois ma vieille, tu attendras la veille de ton voyage au Pôle Nord pour balancer tes quatre vérités au visage de ton frère…

Mégot jeté par terre. C’est par où Saturne ?



Comme un sourire passe sur le visage de Manu, on dirait un oiseau dans le ciel au printemps. Le regard, on y est.


-Nouche, t’es moche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psyloune
La sombre déesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 535
Age : 27
Localisation : Lyon
Emploi/loisirs : Jvous coeur
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Ven 16 Mai - 23:55

Mon dieu Celle de Gothik’man je la relirais sans fin sans fin, elle est trop belle Nouche j'ai presque versé une petite larme, quel séducteur ce Gothik’man comme j'aimerais en avoir un sur mon passage, j'ai eu des frissons dans tout le corps !!! J'adore vraiment, l'amour la force et surtout Gothik’man épouse moi !!!

La suivante est très sympas, la chute surtout ( même si moi je m'y attendais un peu te connaisant = D )

La dernière. Elle m'as clouée aussi. Très sympas. Enfin j'aurais préféré un je t'aime bien fleur bleu ^^" ( Je suis une grande romantique .. )

Ah Nouche tu es vraiment trop trop douée !!!!! J'adooooooooore !!!

_________________
Je vous coeur mes chérinettes <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juyolu.meilleurforum.com
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 17 Mai - 8:56

Graouuuuuuu, t'es gentille Luuu!!!

C'est génial, moi celle de Gothik'man elle m'arrache des frissons à chque fois aussi... !! Et quand je le vois en vrai je te dis pas!! (je l'ai vu hier justement, et j'ai littéralement fondu sur place... )!! Comment ça "épouse moi"?? Nan mais il est pour moi hein!!
Contente de t'avoir inspiré tout ça ma Psyloune, c'est à moi que tu fais plaisir en lisant mes tites nouvelles!!!

---->>>> J'en posterai une autre plus tard!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 17 Mai - 12:38

Citation :
C'est génial, moi celle de Gothik'man elle m'arrache des frissons à chque fois aussi... !!
hihi moi c'est ma préférée pour l'instant !!!!!

la derniére est vraiment bien aussi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
Psyloune
La sombre déesse
avatar

Féminin Nombre de messages : 535
Age : 27
Localisation : Lyon
Emploi/loisirs : Jvous coeur
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 17 Mai - 15:00

Gothik'man Mon dieu Nouche tu as trop de chance !!! Je peux pas m'incruster et prendre le train le matin moi aussi ?

_________________
Je vous coeur mes chérinettes <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juyolu.meilleurforum.com
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Sam 17 Mai - 21:11

>C'est le bus que je prend, j'avais mis le train dans ma nouvelle parce que ça fait plus claaaaaasse!!! Hihi!!



D'ailleurs, je vous met les deux uniques photos que j'ai du lui (ok ok, c'est ridicule, mais on voit quand même ses cheveuuuuuuuux!!!! )






--->>> Une autre!!^^' (Histoire qui m'est arrivée...)



Elle a des cheveux mauves, un piercing à la lèvre, des yeux maquillés de noir et une allure de reine. Elle est super belle mais elle ne le sait pas. Elle est penchée sur des feuilles vertes quadrillées et elle écrit en rose fluo.


"On a foiré. C’était ridicule, nul à pleurer. Je ne sais plus qui a commencé à s’embrouiller dans les pas, peut-être toutes. Ça a loupé. J’ai envie de mordre, de griffer, d’écrire PUTAIN sur les murs. C’était pourtant tellement bien le premier soir. Les paillettes, la féerie, les lumières le sourire, les battements du cœur à travers le tissu, les pas qui s’enchaînent, la confiance et la fierté, tous, ils étaient tous présents. Le cocktail fruité et légèrement alcoolisé d’un bon spectacle. Ce soir, c’était vide. Applaudissements quand-même, d’accord, et encouragements de la part du public, mais, pour chacune par rapport à elle-même, quelque chose s’est cassé. Déception, tristesse, dégoût, rancœur, remords. Si on avait. Il aurait fallu. Tous présents en un concert silencieux de paroles absentes. Ce qui les rend plus durs encore.
J’arrive dans la loge peu après les autres, le stress et la panique m’ont fait me perdre dans le dédale des coulisses, derrière le rideau, là où il est impossible de penser au présent, là où seuls comptent l’instant futur de la représentation et l’instant passé du succès ou de l’échec. Ça aurait pu être pire, c’est vrai. Mais échec. Et justement le mauvais soir parce que tout le monde sait bien que "Le deuxième soir c’est toujours mieux". J’arrive dans la loge. L’agitation frénétique, les froufrous des jupes à volant qui se perdent dans le reflet d’un miroir, le cliquettement des bijoux, les coups de talon qui résonnent dans le plancher, le regard charbonneux des filles"à qui on ne la fait pas", les roses par terre et le sourire toujours fier de Monique, notre prof, se sont évanouis avec le baisser du rideau. La loge devient froide, le maquillage fait faux, les affaires empilées par terre font fouillis et les "Rend-moi ma brosse je dois partir" se répercutent, noirs et glacés, sur les murs qui sont maintenant trop blancs pour être assez chauds. Aucune réflexion ouverte à part des soupirs de désillusion, seulement un sec "C’était beaucoup mieux hier" de la part de Monique, s’adressant visiblement au miroir.
J’ai jeté ma rose par terre en espérant qu’on la piétine. Je me suis déshabillée avec assurance sans regarder autour de moi, j’ai roulé ma jupe en boule au fond de la malle, j’ai remis mon jean, j’ai ramassé mes affaires et je suis partie, sans même jeter un regard au miroir du hall qui m’aurait fait remarquer que j’avais oublié de me démaquiller. Ouvrir la porte, monter les escaliers. Une fille me demande où est la loge des danses Sévillanes, peut-être pour réconforter une copine. Dernière porte à gauche.
Je suis tombée sur Max. Je ne sais pas s’il était venu pour moi, mais il était là, il était là, il était sorti de la salle par la porte des coulisses alors qu’il était censé être juste spectateur, il n’avait rien à faire ici, il était là, en face de moi, dans l’escalier. Je me rappelle des étoiles dans ses yeux, de moi qui essayais de l’éviter pour aller consumer ma peine en solo. J’étais un peu perdue, je crois que je n’avais qu’un seul but : trouver un moyen d’aller coûte que coûte dans la salle pour pouvoir pleurer dans le noir. Moi aussi j’ai dû avoir des étoiles dans les yeux quand il m’a dit que j’avais été "radieuse", "superbe". "-Tu parles, on a tout loupé… ". Il m’a répondu que ça ne l’empêchait pas de m’avoir trouvée grandiose. Le maintien à l’espagnol et les "Olé !" criés en levant la jupe en l’air, c’est vrai que ça aide. Je m’en souviendrai. Il m’a dit "-Tu fais quoi là ? -Je vais retourner dans la salle, je vais voir la suite." Il m’a proposé de m’offrir un ice-tea pour poser un peu. J’ai dit oui sans hésiter alors qu’une seconde plus tôt je voulais partir en courant. L’idée de parler m’a fait du bien, j’ai eu besoin d’une présence. Je ne sais pas si ça l’a surpris que j’accepte si vite, moi, moi qui rien qu’à l’idée de prendre un café avec lui (je n’aime pas le café) prétextais un bus à prendre ou des devoirs à faire. Quand j’ai frôlé sa main sur la poignée de la porte, il s’est retourné et m’a regardée, comme en attente, comme en se disant "Pourvu qu’elle l’ait fait exprès…". J’invente. Je ne sais pas si tout ça s’est réellement passé.
Il n’y avait personne au petit bar du théâtre. On a dû se servir nous-même dans des gobelets en plastique. J’en ai pris deux l’un dans l’autre, il me l’a fait remarquer, j’ai dit que je l’avais fait exprès. Il a fumé. J’ai remonté ma jambe sur la chaise pour me mettre à l’aise. On a parlé des cours, des siens, des miens, rien à dire pour les miens puisque rien d’original, beaucoup à dire sur les siens parce que de toute façon j’adore l’écouter.
"-Et les amours ?" Regard profond, étoile filante. "-Non, rien. " Silence. Pas la peine de lui retourner la question, s’il ne se met pas à parler de quelqu’un, s’il ne s’amuse pas à répéter dix fois son prénom et s’il n’a pas ce rire bête que je déteste c’est que pour lui aussi, non, rien. Pas de rire bête. Rien. Juste un sourire comme une invitation. J’ai fait des marques de rouge à lèvres sur mon gobelet. "Ooh, joli !" J’étais saoule d’avoir bu un ice-tea. Je ne sais plus si c’est à ce moment-là qu’il m’a demandé comme à chaque fois si, s’il m’invitait à une fête, je viendrais. J’ai répondu non comme d’habitude, je sais bien qu’à un moment ou à un autre j’aurais envie de tout casser, je suis bizarre quand c’est la fête et j’ai pas envie qu’il le sache.
Bien sûr que je l’aimais, lui, mais comment voulais-tu que je lui dise ? Qu’il me manque depuis qu’il a quitté le collège, que je pense à lui avec regret en me disant "J’aurais dû", que j’ai envie de lui demander d’être un peu moins con à chaque fois que je le vois… Chuis pas cap. Il s’est mis à la recherche d’un stylo, qu’il n’a pas trouvé. Si j’en avais eu un, je lui aurais dessiné des arabesques sur la main jusqu’au matin, comme il avait l’habitude de le faire pour moi à l’époque bénie des cours de Maths en quatrième. Il était là pour moi, il était en attente, et je me suis fait horreur avec ma foutue timidité ! J’avais vite oublié ma défaite sur scène, puisqu’il m’avait trouvée belle. On a échangé nos numéros de portable et une boucle d’oreille argentée, presque la même. Ça me fait penser que je ne l’ai pas enlevée depuis. Ça me fait penser qu’il a un petit bout de moi sur un petit bout de lui.
Je me souviens de sa marque de rouge à lèvres sur la joue droite. Je ne sais plus qui lui a demandé si c’était moi qui la lui avais faite. J’ai répondu non en riant et il a dit en me regardant que si je lui proposais ce ne serait pas de refus. Nouvelle étoile filante. J’ai fait un vœu et je l’ai attrapée au vol. Il s’est retrouvé avec une marque sur l’autre joue. Je m’y étais prise comme un manche, et sans aucune douceur parce qu’il fallait que ça marque bien. Ça a donné un résultat très moche, et je me suis dit que s’il oubliait de l’enlever il allait tacher son oreiller. J’ai eu envie de déraper quand je lui ai fait la marque. Mais alors j’y serais allée plus doucement.
On a quitté le bar à nouveau désert, on est retourné dans la salle et on s’est appuyé contre la porte. La chanson parlait d’étoiles. J’en ai laissé tomber une pour qu’elle fasse une traînée pailletée derrière elle, et j’ai à nouveau fait un vœu. De mon épaule j’ai touché la sienne. Je me suis dit que c’était le moment ou jamais, et j’avais raison. Il a eu un regard doux et chaud comme du caramel. Il a passé son bras autour de moi et j’ai appuyé ma tête contre lui. On est resté comme ça, lui, moi, moi et lui, lui et moi, moi, lui. J’ai voulu très fort qu’il m’embrasse.
C’est là que j’ai réalisé que je rêvais, parce que ça ne pouvait pas m’arriver, ce n’était pas possible que je sois là avec lui et que lui soit bien avec moi. J’étais persuadée que je n’intéresserais jamais personne.
Il a dû partir. Je me suis rappelé le moment où il m’a demandé le nom de celui que j’aimais. Je n’ai pas osé lui répondre que c’était lui, que c’était évident et qu’il devrait le savoir depuis longtemps. J’ai répondu que je n’aimais personne. "Oh, dommage, j’avais espéré que ce serait moi mais bon…" J’ai répondu non en rigolant. Système de défense à la con. Il m’a dit qu’il faisait peut-être un peu trop "zone" pour moi. "Ouais, un peu." Il m’a demandé si c’était parce qu’il fumait et qu’il avait les cheveux longs. S’il savait que j’ai toujours rêvé d’avoir un copain comme ça, aussi taré que lui… Et que j’ai toujours aimé les garçons aux cheveux longs… Il me voit plus coincée que je ne le suis, d’ailleurs c’est l’image que je donne de moi. Il a changé de sujet, peut-être qu’il a eu peur d’entendre un véritable Non.
Il a dû partir, donc. Il m’a prise dans ses bras, il m’a serrée. On était bien l’un avec l’autre, je serais bien restée là jusqu’au lendemain. Il m’a demandé de prendre soin de moi et il le pensait parce que ça se voyait dans la façon dont il me regardait. Je devais avoir l’air ridicule avec mon jean, mes paillettes et mon rouge à lèvres. Je lui ai répondu Toi aussi, avec le plus de vérité possible.
Je me rappelle. Il m’a dit qu’il revenait vendredi. Je ne l’attends presque pas, il aura sûrement un imprévu, ou alors on ne se croisera pas. Mon seul regret est de n’avoir pas osé l’embrasser. Même si notre dernier regard échangé en disait aussi long. C’est là que j’ai dû me réveiller en sursaut dans un fauteuil de la salle. A tous les coups j’avais tout inventé. Je suis sortie dehors, j’ai scruté la nuit. J’ai eu froid. C’est là que j’ai prié pour qu’il y ait une étoile filante.

Voilà, cher Père Noël, tout ça pour te dire que si je suis restée éveillée jusqu’à deux heures du matin pour t’écrire ça, c’est parce que je suis amoureuse et que j’aimerais que tu m’envoies un miracle doré comme de la poussière d’étoile. Un miracle avec des cheveux longs, un air con et une cigarette, enrobé dans du papier d’argent.

Zabelle"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Mer 21 Mai - 13:13

Hoo c'est super beau petite Nouche :')
le fait que ca te soit arrivé c'est super émouvant!
et c'est trop bien écrit!!

tu sais quoi vu que tu est une fée tu as le pvr de fabriquer toi même des étoiles filantes, pas besoin du pére Noël !

(sinon gorhik ' man a de trés beau cheveux <3 *veux le voir en entier*
*miaam* !! )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Mer 21 Mai - 17:39

Citation :
tu sais quoi vu que tu est une fée tu as le pvr de fabriquer toi même des étoiles filantes, pas besoin du pére Noël !

Roooooooouuu, c'est tellement poétiiiique!!!! *En extaaaaaaase*!!
Je m'en occupe dès aujourd'hui, j'en ferai livrer chez vous en semi remorque!!! (des étoiles filantes hein, pas des pères Noël!!!! )

Citation :
(sinon gorhik ' man a de trés beau cheveux <3 *veux le voir en entier*
*miaam* !! )

C'est ça Jue, t'es suuuuuuuper intelligente, je me vois bien l'aborder un jour dans le bus pour lui demander si comme ça l'air de rien parce que j'en ai envie je peux le prendre en photo... Y va s'barrer en courant et j'le reverrai plus jamaiiiiiiiiiiiiis!!!!!!
De toute façon je suis trooop grillée, sais pas être discrète... Mais ça fait pas avancer les choses (il y a bien un an que ça dure, un an que je me met derrière lui quand il prend le bus, ce qui devient de plus en plus rare, un an que, quand ses cheveux dépassent un peu vers mon siège, je les caresse doucement en fermant les yeux et en essayant de me faire la plus petite possible au fond de mon siège pour pas me faire remarquer des autres passagers...)!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Dim 25 Mai - 0:05

Citation :
sais pas être discrète: un an que je me met derrière lui quand il prend le bus, ce qui devient de plus en plus rare, un an que, quand ses cheveux dépassent un peu vers mon siège, je les caresse doucement en fermant les yeux
Nouche = la discrétion incarnée

sans rire le denier jour de l'année tu lui demande, comme ca si ca lui plait pas il aura tte les vacances pour oublier et si ca lui plait tte les vac pr te séduire

une autre histoire maman?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
°°Nouche°°
Muse sublime de la lune
avatar

Féminin Nombre de messages : 789
Age : 26
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Mon emploi> Lycée... Mes loisirs> Vous...
Humeur : GRAOUUUU^^ Je vous nèmeuhhhh!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Dim 25 Mai - 14:19

Citation :
Nouche = la discrétion incarnée

sans rire le denier jour de l'année tu lui demande, comme ca si ca lui plait pas il aura tte les vacances pour oublier et si ca lui plait tte les vac pr te séduire


Toi, t'auras jamais fini de ma faire crever de riiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Citation :
une autre histoire maman?

Hihi, c'est trop meugnoooooon!!
*Tout de suite mon trésor! Il était une fois...*








Salle de bains, sept heures


J’aime bien ce moment où je me retrouve seule dans la salle de bains. Un coup d’œil dans la cuvette des toilettes, eh oui c’est la plus petite qui a encore oublié de tirer la chasse d’eau.

Elle sait bien que tout le monde déteste ça, je suis sûre qu’Alex est en train de lui crier dessus en bas, la bouche pleine de confiture, les yeux encore rougis par le sommeil.

Je m’ébouriffe les cheveux, plantée devant le miroir. Avec trente-neuf balais et des décennies de tartines nutella derrière moi, c’est pas pour dire mais même avec une double couche de fond de teint et un footing le samedi matin (une fois par mois et encore, si j’y pense, soyons honnête… ), j’ai du mal à réparer les dégâts.

Même la crème anti rides de la pharmacie est sans effet sur ma vieille peau, jadis agréable à toucher.

Depuis le départ de Régis, cela fait deux ans, je m’ennuie. Si j’avais fait des efforts pour supporter la vie à deux au lieu de tout de suite penser au divorce, je n’en serais pas là.

Résultat voilà : trente-neuf ans, trois enfants dont la dernière de Régis, les deux autres d’Alexandre (disparu il y a quelques années), et moi aujourd’hui, en train de faire des grimaces à mon reflet dans le miroir.

A droite du lavabo, les brosses à dents sont alignées, de la plus grande à la plus petite.

Celle de Lou, qui brosse ses petites quenottes à peine deux fois par semaine, est rose avec des cœurs blancs. C’est la plus petite, proportionnelle à la taille de sa propriétaire lilliputienne.

A côté, celle d'Alex, bleue (« le rose c’est bon pour les filles »).

Et ensuite celle de Jo, Joannah, la grande. Brosse à dents électrique, obtenue Noël dernier après délibération du « Conseil des parents ».

Un peu maniaque sur les bords, même quand ma Jo se relève la nuit pour manger un yaourt, elle réveille tout le monde avec le bruit de feu d’artifice de sa stupide brosse à dents.

Au moment où j’attrape la mienne, la plus grande, un toc-toc discret m’avertit de la présence de Jo derrière la porte. Tee-shirt blanc jusqu’à mi-cuisse, les cheveux dans tous les sens, les plis du drap imprimés sur la joue et ses seize ans bien en évidence, elle est belle ma Jo. Et si j’ai le malheur de le lui dire, elle répond : « Oui, merci, je sais… » .

Dans la cuisine, c’est le branle-bas de combat : Alex doit être en train d’étrangler sa sœur parce qu’elle refuse de lui laisser le reste des céréales.

Et Jo, encore endormie, tranquille. Un peu trop quand-même, si elle l’était moins, sa moyenne à l’école augmenterait. Elle s’étire jusqu’au plafond ma belle lycéenne, en n’oubliant pas de bailler à pleins poumons, et en me regardant me débattre avec le dentifrice.

Elle se pince la peau des bras, perplexe.

-Maman, faut qu’j’maigrisse…
-Idiote !

Elle sourit, heureuse de m’avoir emmenée là où elle le voulait. Heureuse de se sentir rassurée, même à seize ans.

Une longue plainte stridente monte du fond de la cuisine :

-Mamaaaaaaaaaaaan…

Ça y est. Lou a dû se servir de ses dents pour riposter.

Ah la vie de famille… Ras le bol. Après tout, qu’ils s’entretuent ! Je serai plus tranquille…

Ma Jo profite ; elle c’est le mercredi qu’elle a cours, pas le samedi. Quand j’emmènerai Alex et Lou, Jo se fera un café et une matinée-télé, entendez le plus possible de « téléfilms-à-la-con », mais c’est vrai que ça fait du bien de temps en temps…

Après elle se fera couler un bain, avec deux kilos de mousse et du savon parfum lavande, s’il vous plait ! Elle sautera dans mon peignoir, vu qu’elle aura prêté le sien à une de ses copines, et elle se mettra en quête d’un téléphone pour appeler Jacky.

Jacky, Jacotte, Jaquette, c’est la meilleure amie de ma Jo depuis la maternelle. Inséparables, toujours l’une avec l’autre, quand elles ne se voient pas elles sont accrochées au téléphone, va savoir ce qu’elles peuvent bien se raconter…

Quand elle aura faim, elle piochera dans le paquet de gruyère râpé, (elle raffole de ça), ou alors elle se fera une tablette de chocolat (mais où elle fourre tout ça bon sang ?).

Quand elle s’ennuiera (ou plutôt quand son forfait aura explosé), elle mettra la musique à fond et dansera sur la table du salon (elle adore ça aussi, elle est bizarre des fois mais faut la comprendre, c’est une ado), et quand elle en aura marre elle sautera par la fenêtre (je lui ai déjà répété je ne sais combien de fois que, même à un mètre cinquante du sol, elle risquait de se tordre la cheville, mais à quoi bon, elle ne m’a jamais écoutée…)

Elle sautera par la fenêtre, donc, et prendra mon téléphone pour appeler Véro, Caro, Mado, Marjo (à part Jacky, TOUS les pseudos de ses copines se terminent par « O »), mais aussi Théo, Jojo, Léo, Mano, Momo et même Toto.

Je ne sais pas où elle va les chercher tous ceux-là, mais vaut mieux qu’j’arrête d’y penser ; je ne peux pas m’ôter de la tête que si ça se trouve, Toto et Cie sont en Terminale, l’emmènent en boîte et lui font fumer du shit, et que l’année prochaine elle voudra partir élever des chèvres avec eux (non mais faut pas rêver, non plus … )


Bon, va vraiment falloir que j’atterrisse, les débordements d’imagination dès le matin c’est pas bon, je vais me faire chauffer un café…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*JuE*
La fée frisotée
avatar

Féminin Nombre de messages : 692
Age : 28
Localisation : 17 Saintes
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   Dim 25 Mai - 16:56

haha j'aime trop celle ci !
je me reconnais un peu ds l'ado (chocolat,gruyére,musik,téléphone et chévre ^^) u_u!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://une-inexistance.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Historiettes de la Nouchette <33   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Historiettes de la Nouchette <33
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Historiettes baguenaudières. 1845.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Elle's Angel :: Notre coin chéri :: Nos passsions/Nos loisirs/Nos créations-
Sauter vers: